dimanche 22 mars 2009

La piste d'audace

Hey, sexy.
Je t'imagine, les ongles à moitié rongés à cause de l'implacable tension du suspens que j'ai, il faut le dire, admirablement bien distillé au cours des deux précédents articles, anxieux et frétillant à l'idée, qu'enfin, tu vas savoir comment ça "se" finit. Et t'aimerais bien que je me grouille de finir cette introduction dont tu te bats les meules avec un didgeridoo, déviant que tu es. D'ailleurs je ne vais pas prolonger ton attente, tu serais capable de zapper directement au contenu.

Le récit de la troisième journée, je te le torche vite fait, vu sa courtesse.. sa courteté.. sa courture.. il était pas long. A 7h00 nous commençâmes cash paf par la fameuse piste d'audace,
chronométrée (et vous n'aurez pas MON temps, je tiens à garder le peu de crédibilité qu'il me
reste), au cours de laquelle orage au désespoir, ô épaule droite ennemie, n'ais-je donc tant vécu que pour cette infamie connasse, et hop repos en chambre.

Bref, à la place de m'étaler sur ma peine, mon désarroi, je vous offre cette présentation de la piste. A savoir que sur chaque obstacle haut, on est assuré, il n'y a pas vraiment de "risques".

Obstacle 1 :
Très simple, on part de 1 et on monte l'espèce d'échelle inclinée, puis on se place sur le câble
en 2.


Difficulté : 1 // Vertige : 0,5

Obstacle 2 :
Tyrolienne d'environ 10m, partant de 1. Arrivé à 2 on monte sur la plate-forme. Simple de principe, mais ça tire sur les bras et ça prouve que l'épiderme, même légèrement protégé par du tissu, n'est pas de taille face à de l'acier trempé.


Difficulté : 3 // Vertige : 0,75 // Alex perd l'équilibre et fait le cochon pendu : 2


Obstacle 3 :
Cet obstacle est, comme tous d'ailleurs, très con en soi. Il suffit de marcher le long de la flèche,
soit 4m au total. Sans se tenir bien sûr.

Difficulté : 0,5 // Vertige : 250 000 // Alex craque et se laisse tomber comme une merde
contre le tapis de la paroi : NON (mais pas loin)

Obstacle 4 :
On grimpe l'échelle pour l'étage juste au-dessus. Encore une tyrolienne sur 15m, mais double. On se cale à quatre pattes, les genoux vers l'extérieur pour être stable (LOL MDR AHAHAHA), et on avance, se déchiquettant au passage d'autres lambeaux de peau épargnés par la première tyrolienne.


Difficulté : 4 // Vertige : 4 // Mais putain qu'est-ce que je fous là, à quoi ça va me servir je suis
tankiste j'en ai rien à branler de leur merde ("fracture du moral") : en progression.

Obstacle 5 :
En plein forme (les copains) ou tout essoufflé (moi), on s'allonge sur la potence en 1, puis on attrappe la corde et on fait un truc stupide (je veux dire, plus que la piste en elle-même) : on s'enroule autour de la potence en se laissant tomber. Ensuite, on descend la corde.


Difficulté : 2 // Vertige : 4 // Non, même en cherchant, je vois rien de marrant à rajouter : 1

Obstacle 6&7 :
On court jusqu'au départ et on grimpe sur deux rails (1 et 2), les pieds dans la rainure intérieure,
puis on joue à mario pour revenir en bas.

Difficulté : 1 // Vertige : Non Observé // Illusion de facilité : 12

Obstacle 8&9 :
Cette fois-ci on regrimpe par les deux autres rails (3 et 4), les pieds dans la rainure extérieure. Une fois sur la plate-forme, on ramène la corde à soi, on s'attache, on s'agrippe, on pense à maman et on se lance. A proximité du filet, on tend un bras en avant pour s'agripper violemment.


Difficulté : 4 // Vertige : Non Observé // Vitesse : 240 km/h // Alex se prend pour Tarzan : faible
BONUS : Alex se prend pour Spiderman : faible
BONUS 2 : Alex rate le filet et se balance lamentablement pendant 2 minutes : +3
BONUS 3 : Alex rattrape le filet d'une main et s'explose l'épaule quand la corde et son corps le tirent en arrière : +1000

Obstacle 10 :
La fameuse gouttière. C'est pas compliqué, on met ses mains derrière la gouttière, ses pieds contre le mur, et on monte.


Difficulté : 8 (personne normale), 170 (déficience génétique de la coordination des membres, polio, moi) // Vertige : Aucune Idée // Alex fait plus d'un mètre : Non Observé

Obstacle 11 :
Tyrolienne double, variante. La photo parle d'elle-même. Debout sur le câble du bas, celui du haut sur la nuque, les yeux rivés vers la ligne bleue des Vosges et on avance en crâbe.


Difficulté : 2 // Vertige : 0,5 (je regarde en face) 50 (je regarde en bas)

obstacle 12 :
On grimpe d'un étage. On respire très fort et on saute contre la gouttière en fermant les yeux et on s'agrippe comme si demain n'existait pas. On ne les ouvre que quand l'instructeur nous rappelle gentiment qu'il va falloir descendre, maintenant. Après une phase de dé-tétanisation des muscles, on descend (un peu comme les pompiers, mais moins dynamique parce que j'ai peu...PAS PEUR NON MONSIEUR, bouhhouhou).


Difficulté : 0,7 (savoir sauter) // Vertige : over 9000 // Fracture du moral : élargie comme un anus de collègienne dans le quartier haute sécurité de Fleuri Mérogis

A présent, une minute de silence avant l'explication de l'obstacle qui suit. C'est le dernier (les trois qui suivent ne présentent aucun intérêt, et à part le tout dernier, sont franchement pipi-caca. Ahah, j'ai dis caca) que vous allez voir, et à la fois le plus dur et le plus facile.
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Personnes en attente de changement de sexe, voici le "toggle rope".

Obstacle 13 :
Arrivé tout en bas de la gouttière numbeur tou, on se retape l'échelle jusqu'au sommet de la Tour (1) après avoir récupéré La Poignée. On s'assure au câble, on passe la poignée dedans, on s'accroche à la poignée. C'est ensuite que ça se complique sérieusement. Il faut faire un pas en avant. Oui, juste ça, un putain de pas en avant. Après, y'a des conneries à propos d'accélération gravitationnelle, chute des corps, principe d'Archimerde et tout qui jouent, mais on est pas concerné (ou plutôt, on donne pas notre avis). En vue des graviers, on pédale dans le vide pour amortir l'arrivée. Ou, comme moi, on met les pieds en avant, raclant le sol et perdant 3 cm au passage.


Difficulté : 0 (un pas en avant) // Difficulté morale : 2 googol (un pas en avant) // Vertige : j'ai envoyé les données à la Nasa, j'attend les résultats d'une année à l'autre. // Mach 2 atteint après : 6m.

Vala, suite à quoi, on passe un pauvre "pont" qui se balance trèèèès légèrement d'avant en arrière (deux mètres), on passe dans une buse (15 m en "Z") et on finit par un vieux truc contre un mur que je suis aussi incapable d'expliquer que de franchir et on fonce jusqu'au départ.
Fin.
Fin, et, dans mon cas, on s'aperçoit, alors que les muscles se refroidissent et que le souffle s'apaise, de l'impossibilité de lever son bras à plus de 45°.

Commencèrent alors deux semaines de vacances bien méritées. Bien sûr, pour le reste du peloton, amputé de son comic relief, c'était loin d'être fini. Mais ceci est une autre histoire, et là, démerdez-vous : D !

8 commentaires:

Anonymous nami a dit...

Obstacle 8&9 : tu n'aurais jamais dû penser à "maman" !

voilà la faille dans la cuirasse du cuirassier tankiste !!! hihihihi !!!

23 mars 2009 à 07:36  
Anonymous Mehdi a dit...

C est bizzare ....

Ils ont aussi un " Fort Boyard " chez les wolof ?
Il sont ou Passepartout et Passetemps, ..mangé, brulé ?

On vois alex que tu es jamais venu avec nous faire de l'acrobranche !

PS : les vacances.. c est ou? sur place ou on te paye un aller retour.

23 mars 2009 à 09:54  
Anonymous Anonyme a dit...

alex est une tapette!!(pour certains!)mais franchement je t'encourage de ttes mes force car moi et le vertige, ça fait 1!ahahahh
bon j'espère que tu vas bien te reposer pendant ces vacances bien mérité!lol
bis a plus guerrier
tchao

24 mars 2009 à 13:44  
Anonymous Thot.. a dit...

moi la question que je me pose c'est: arriverais tu a faire tout ça en leclerc?

moi qui pensais que l'armé c'etait des rigolo... finalement non, il prépare la future team des yamakassi...

monte la goutière, saute saute, prends toi une moustiquaire de mémé dans la gueulle, saute, tombe, roule...

franchement alex... qu'allais tu faire dans cette galère?

24 mars 2009 à 19:44  
Blogger Alex a dit...

"voilà la faille dans la cuirasse du cuirassier tankiste !!! hihihihi !!!"
Allons, c'est pour le lectorat féminin que je mets ça. tss.

Bon sinon, non, en leclerc, c'est mort : D

24 mars 2009 à 21:41  
Anonymous Je vais pas dire mon nom, non non a dit...

[quote] " Le lectorat féminin ?[/quote] :)

Ton seul lectorat féminin c'est ton lectorat masculin qui a bien voulu se travestir :) ( sauf moi )

25 mars 2009 à 11:10  
Anonymous Anonyme a dit...

Alex c'est ton chef de peloton qui te parle!!!
Pour tes vacances soi disant bien méritées, je vais te baiser la tronche puissance 10 et ta pauvre histoire de vertige tu vas vite l'oublier...

16 juin 2009 à 19:50  
Anonymous Anonyme a dit...

Comprenant bien que les blessures peuvent survenir à tout le monde, et à commencer par les chefs de peloton "d'à côté" (c'est lui qui vous parle maintenant), je ne peux pas tolérer que vous parliez de vacances s'agissant des deux semaines de daube que vous avez ensuite passées à subir à Bel Air. Enfin, je ne suis qu'au P2...

16 juin 2009 à 19:52  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil