lundi 2 juin 2008

7 faits qui prouvent que vous êtes restés trop longtemps en RCI :

J'arrive au terme de mon périple, et après une longue mais constante réflexion sur moi-même et sur ce merveilleux pays qu'est la Côte d'Ivoaarehgh, je suis prêt à vous livrer cette façon de bilan qui met en exergue les points caractéristiques qui définissent une psyché lambda soumise à une trop forte dose d'ivoirité.
Bien sûr, ça ne me concerne pas directement, je suis doté d'une psyché nettement plus avancée que celle dont la vulgate est équipée. Aussi, j'ai une grosse bite.

Behold :

Vous attrapez une diarhée :
La notion d'hygiène n'étant que très légèrement plus floue que la photo d'une ombre prise de nuit par temps de brouillard alors que votre voiture filait à 120 et qu'il y avait de la buée sur l'objectif, votre estomac s'est fortement aguerri durant votre séjour. A la première bouchée de notre nourriture aseptisée, il réagit violemment, se cabre, vitupère, intimement persuadé que vous le prenez pour une tafiole.

Bonus : vous attrapez aussi le palu, car vous êtes le dernier des crétins et que vous arrêtez de prendre la Paludrine, une fois rentré en France.

Vous vous ridiculisez dans les magasins :
Initié aux arcanes du commerce à l'ivoirienne, vous compter dépenser la mirobolante somme que vous avez durement méritée sans vous faire avoir. Confiant et serein, vous vous dirigez vers la FNAC la plus proche et demandez à voir les derniers ordinateurs portables. Le vendeur vous propose un superbe modèle Toshiba à 1749,99 euros. Vous éclatez d'un grand rire méphistofélique, et, d'une claque sur l'omoplate du jeune homme, vous déclarez "Couz' ! Pas à moi, ça vaut pas 700 euros ton truc, je l'ai vu chez un collègue à toi pour 800".

Bonus : vous essayer de le payer en rations et bouteilles de Cristalline.

Votre conduite se détériore :
Complètement rodé aux subtiles "règles" de la conduite ivoirienne, dont la complexité et le chaos ne sont qu'épisodiquement égalés par les turbulences subatomiques du monde quantique, vous reprenez confiant et serein le volant de votre voiture. Imprégné des coutumes d'un peuple qui a érigé le klaxon comme mode de communication privilégié et que les concepts quelque peu abstraits de "auto-école", "feu rouge" et "pot catalytique" n'ont pas totalement pénétrés, vous provoquez le plus grand carambolage de l'histoire de l'existence. Le jeune brigadier Julien Perruchon, 19 ans, filme votre arrestation et la vidéo sur Youtube dépasse les 3 millions views.

Bonus : quand l'équipe du GIPN s'approche de vous pour vous interpeller, vous leur tendez votre carte d'identité militaire enroulée dans un billet de 5 euros avec un clin d'oeil complice.

Vous êtes désorientés en boîte :
Fin connaisseur du fameux quartier réservé aux militaires français pour leurs sorties (dit Zone 4), de ses sombres alcôves et de ses filles faciles, vous vous rendez confiant et serein au Coco Bongo NIghtclub.
1) "C'est fermé ? Mais putain on est samedi soir !" ragez-vous en regardant votre montre qui indique 19h24.
2) "C'est pas possible" vous jette du haut de son neurone le videur, après un rapide coup d'oeil sur vous et vos 13 potes.
3) "non vous ne pouvez pas voire à volonté pour 15 euros" vous explique gentiment la serveuse.
4) Eberlué, vous constatez que les jolies filles ne viennent pas vous parler et encore moins s'asseoir à vos côtés.
5) "PAF" vous gifle Véronique, que vous avez abordé en lui demandant, tout sourire, si elle suçait pour 5000.

Bonus : Véronique, disposant d'une vaste culture générale, sait que 5000 francs CFA valent tout juste 7,50 euros et vous enchaîne d'un coup de genou bien placé, avant d'appeller le videur.

Vous provoquez un incident diplomatique :
Traumatisé par vos tours de garde dans les miradors entourant le camp du 43è BIMA, vous foncez, confiant et serein, devant la grille de l'ambassade de la RCI pour leur rendre la pareille. Vous essayez d'engager la conversation avec le gardien, puis vous réclamez de l'argent, de l'eau, de la nourriture, tout ce qu'il porte sur lui avant de lui proposer du cannabis, des téléphones portables, des bon plans et des femmes.
Devant son manque flagrant de réaction, vous le traitez de raciste et vous lui expliquez en termes sybillins qu'il doit rentrer chez lui, que sa maman rentrait tard le soir, qu'il a un net penchant pour les hommes et autres billevesées. En fin de compte, vous lui balancez des cailloux en travers de la poire ainsi qu'une bouteille pleine de pisse. Rageur et frustré, vous partez après avoir chié au milieu de la rue, coursé par la police.

Bonus : vous chiez au milieu de la rue, certes, mais dans un sac plastique promptement lancé à la tête du gardien.

Vous devenez raciste :
Oh yeah ; ça, c'est fait : D

Bonus : raciste au point de réclamer le retour de la RCI au sein de l'AEF.

Vous oubliez votre code de Carte Bleue :
Cela fait désormais 5 mois que vous payez en liquide. Un mois avant votre départ, vous vous rendez compte que vous avez complètement zappé ce putain de code de mes couilles et que vous ne l'avez marqué nulle part. Vos frères d'armes se foutent de votre gueule et vous espérez désespérement que ça va vous revenir quand vous aurez un clavier sous la main, PARCE QUE SINON JE SUIS DANS LA MERDE AAAAAH BOUHOUHOU JE SUIS LE ROI DES CONS !

Libellés : ,

6 commentaires:

Anonymous Thot et jacque a dit...

2 jours...

t'es en perm dessuite ou pas?

on va voir si tu tire si bien que ça... lasergame pour ton retour sur le sol béni de la mère patrie?

3 juin 2008 à 01:13  
Anonymous ben laden himself a dit...

oULLAA, je vote +1, j ai raté un laser game a cause d une blessure de guerre :) Je ramene ma copine au prochains. Elle va encore tous vous demonter, c est que je l entraine a tirer :)))))) hahahah blague.

Alex, on peut te parachuter sur toulouse au retour, le bouchon de la bouteille de ricard va pas tenir longtemps

3 juin 2008 à 05:11  
Blogger Alex a dit...

Des commentaires, ici ? lolwut

Sinon, là je compte en heures, pas en jour. Et je ferai chauffer les téléphones une fois en France, y'a quelques subtilités au niveau de mes perms dont je ne suis pas certain. Par exemple, est-ce que j'ai vraiment envie de vous voir, etc.

3 juin 2008 à 19:22  
Anonymous Thot a dit...

biensur qu'il ya des com^^

sinon y'a deux trois subtilité aussi dont il faut qu'on parle, par exemple, est-ce que tes envies nous intéresses vraiment, etc...

si françois fréderic bertrant a voté +1, le choix ne t'es plus donné, ça sera un laser game pour te montrer que les civil roxe bien mieu que toi

je mise 1 bouteille de manzana sur ispice de counasse

XD

3 juin 2008 à 21:25  
Anonymous Anonyme a dit...

Je cite : " y'a quelques subtilités au niveau de mes perms dont je ne suis pas certain. Par exemple, est-ce que j'ai vraiment envie de vous voir, etc."

Petites subtilités dont tu ne te rend pas compte : c est grace a mes contacts en afrique sub saharienne que des anges, plutot tres bronzées et se prenomant Mamadou et ImbrahimBa, ont veillé sur toi a ton insu et dans le plus grand secret !

Merci qui ? Merci Super arabe !

3 juin 2008 à 23:23  
Anonymous Juliette a dit...

Que de mésaventures mon Russe! T'es le plus grand des héros! Courage! Je te souhaite d'avoir retrouvé ton code... XD

29 janvier 2009 à 12:14  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil